Copropriété : les règles pour sécuriser son logement

Copropriété : les règles pour sécuriser son logement - Comparateur d'alarme et vidéosurveillance, devis gratuit et rapide - Le Héron

Copropriété : les règles pour sécuriser son logement

Négligences 

A la ville comme à la campagne, les immeubles et résidences sont généralement vastes, donc vulnérables aux incivilités. 

De plus, certains locataires ou même copropriétaires font preuve de négligence, favorisant les intrusions au sein de la résidence : une porte mal fermée, ou pire, laissée volontairement ouverte facilite grandement l’accomplissement, par des monte-en-l’air de tout poil, de vils faits, méfaits et forfaits.

La proximité et l’intérêt commun ne font pas forcément la sécurité ; il n’est donc pas forcément superflu de s’équiper s’un système de protection. 

Prévenir les incivilités dans les communs

Dans une copropriété, les zones les plus sensibles sont très souvent les annexes, moins contrôlées.  Ainsi, des dégradations y sont souvent à déplorer ; graffitis, feux de poubelles, boîtes aux lettres forcées ou vitres cassées.  

Les vols d’objets divers dans les garages et parking (brouettes, trottinettes, bicyclettes, poucettes, mobylettes, voiturettes, fourgonnettes et autres camionnettes) sont légion.

Les princes de la cambriole auront souvent le bon goût de choisir un appartement mal protégé, mais cela ne sert pas forcément à grand-chose de protéger votre domicile si ses alentours ne le sont pas. Il convient de pouvoir partager un sentiment de sécurité avec votre voisinage.

L’incontournable règlement de copropriété

Attention, dans le cadre d’une copropriété on ne fait pas ce que l’on veut en termes de sécurité (comme dans bien des domaines). Tant pour son habitation que pour la sécurisation des communs. 

La première des démarches à effectuer est de consulter le règlement de la copropriété. Il s’agit d’un document écrit qui définit l'organisation et le fonctionnement de l'immeuble.

Il est obligatoire et doit être rédigé par un professionnel (un notaire par exemple). Le règlement de copropriété s'impose aux locataires et aux copropriétaires de l'immeuble. Le syndic de copropriété est responsable de son application.

Une copie du règlement de copropriété doit être remise au copropriétaire du lot et au locataire si le logement est loué. Si vous n’avez pas le règlement de votre copropriété (ou que vous l’avez égaré) il est possible d’en obtenir une copie auprès de votre bailleur si vous êtes locataire, d'un autre copropriétaire, ou la demander au syndic. Mais attention, le syndic peut décider que ce service est payant et il n’est pas tenu d’accepter. 

En dernier recours, vous pouvez en obtenir une copie moyennant 30 € auprès du service de la publicité foncière

Installer une porte blindée dans une copropriété

Si vous souhaitez remplacer la porte de votre appartement par une porte blindée, il vous faudra vous référer au règlement de copropriété. La plupart du temps, le syndic vous indiquera que la nouvelle porte doit être esthétiquement identique à celle que vous souhaitez remplacer. Du moins sur sa face extérieure.  Même le copropriétaire disposant du seul logement du dernier étage ne peut pas changer sa porte sans se charger d’obtenir les autorisations nécessaires.

Cette autorisation de travaux est délivrée par le syndic de la copropriété. Il peut être nécessaire d’obtenir l’autorisation de l’assemblée générale ordinaire des copropriétaires.  Elle peut être aussi délivrée lors d’une assemblée générale extraordinaire dont les frais d’organisation peuvent vous rester à charge. 

Il est toutefois possible de changer sa porte palière en respectant les contraintes imposées par le règlement de copropriété. De cette manière-là, l’autorisation des copropriétaires n’a pas besoin d’être obtenue. Pour cela on misera sur un revêtement extérieur parfaitement identique à ceux des autres portes de la résidence. 

Si cela s’avère impossible pour une raison ou une autre, l’alternative sera d’opter pour un blindage de porte. Dans ce cas, l’aspect extérieur de la porte palière du logement reste inchangée.

Alarme et copropriété

Si le déclenchement d’une sirène est un moyen de faire fuir d’éventuels intrus chez vous et éviter ainsi de se faire cambrioler, cela peut aussi déranger le voisinage. Là encore, avant de vous équiper, pensez à consulter le règlement de copropriété. Il est possible que certains types d’alarmes y soient interdits (les sirènes par exemple). 

La sécurisation des accès

Comment assurer la sécurité des communs dans le cadre d’une copropriété ? Il est tout d’abord primordial de contrôler les accès. Divers moyens très simples existent. 

Le digicode

Le digicode est une solution peu coûteuse, que l’on peut installer à chaque porte d’accès à l’immeuble. Il n’y a aucun risque de perte de clé nécessitant le changement des serrures. Le système fonctionne grâce à un code, connu des résidents, déverrouillant la porte. 

Notons néanmoins qu’une chauve-souris puisse, dans certaines circonstances, “hacker” le système et pénétrer dans l’édifice. Par ailleurs, le risque reste la divulgation du code à des tiers, notamment aux livreurs. Un changement périodique (et quelque peu contraignant) de celui-ci est, de fait, préconisé.

Le badge électronique

Pratique et bon marché, cette solution permet, grâce à la délivrance de pass, d’autoriser l’accès au facteur ou à d’autres prestataires, tels que les agents de nettoyage ou d’entretien des ascenseurs.

Cependant, à l’instar des clés, un badge peut être perdu, volé, parfois copié. Par conséquent, il convient de coupler ce système à un autre dispositif.

L’interphone

Il s’agit d’un système de gestion des ouvertures à distance, placé aux différents accès à l’immeuble. Chaque résident peut ainsi contrôler à l’aide d’un combiné téléphonique, l’identité de son visiteur et ouvrir à distance. La sécurité est renforcée puisqu’aucun code n’est divulgué.

En revanche, la complexité de l’installation nécessite des travaux conséquents.

Le visiophone

Aussi nommé visiophone, il permet d’ajouter l’identification visuelle, via une caméra située au niveau de la porte. La sécurité est accentuée par la fiabilité d’une reconnaissance visuelle.

Le coût d’installation est néanmoins largement supérieur à celui du simple interphone.

La vidéosurveillance

La vidéosurveillance est un moyen plus dissuasif qu’actif, mais très efficace. Conséquemment, une installation factice, solution à moindre coût, peut se révéler aussi efficiente.

Il est à noter que cette solution est extrêmement règlementée, afin de respecter le droit à l’image. Elle exige de nombreuses démarches telles qu’une décision en assemblée générale de la copropriété ou une déclaration préfectorale.

La clôture de la résidence et l’automatisation des accès

Il est également possible de clôturer la résidence en installant un système de barrières avec badge pour les voitures.

Dans le cas d’activité professionnelle au sein de la copropriété, un portail automatique équipé d'un clavier codé ou d’un accès par badge peut permettre d’éviter que les patients du dentiste ou du médecin exerçant dans les lieux garent leur voiture sur les places de parking réservées aux résidents, voir même sur la pelouse entourant le bâtiment. Le portillon pour les piétons ne sera, dans ce cas-là, verrouillé que la nuit.

Bordure en béton armé, simple clôture, etc., d’autres solutions existent, tout dépend des budgets.

Prévoir un système d’éclairage adapté

Outre tous ces équipements sécuritaires, vous pouvez prévoir d’ajouter un meilleur éclairage pour votre parking extérieur et pour les chemins menant à la copropriété. L’éclairage à l’entrée de l’immeuble et dans les parties communes peut être équipé d’un système de détection de personnes afin que les résidents soient automatiquement éclairés et ne puissent pas être surpris par un intrus et, ainsi, se sentir plus en sécurité.

Ne pas oublier le contrôle des annexes

La sécurisation de l’immeuble ne doit pas se limiter seulement aux lieux de vie et aux communs. Les annexes sont des zones susceptibles d’être forcées et dégradées.

De ce fait, il est fortement conseillé d’investir un minimum d’argent dans les accès aux garages, au local poubelle, ou encore au garage à vélo et aux caves. Les annexes ne reçoivent pas de visiteurs, l’installation de systèmes perfectionnés est donc inutile. Un clavier codé est intéressant pour les annexes. Associé à l’éclairage automatique, c’est la clef d’espaces bien gardés.

L’irremplaçable présence humaine

Toutes ces prouesses technologiques peuvent être complétées par la présence d’un gardien ou d’un concierge. Si les caméras de surveillance et les contrôles d’accès sont dissuasifs, une présence humaine ayant un œil sur les allées et venues est un moyen complémentaire efficace.

Selon sa taille et son standing, la copropriété peut disposer d’un vigile ou d’un agent de sécurité, ou encore d’un gardien salarié, qui effectue des rondes, de jour comme de nuit, en extérieur comme en intérieur ; parties communes et parking. Cette solution reste toutefois très coûteuse.

La sécurité de son immeuble ou de sa résidence est la préoccupation de nombreux copropriétaires. Le sécuriser permet non seulement d’éviter les vols mais aussi les agressions et les dégradations. Aujourd’hui, plusieurs solutions de sécurisation existent pour tenter de renforcer le bien-être des habitants de la copropriété.  Le choix sera avant tout lié à la situation géographique et à la configuration de l’immeuble, mais surtout en fonction des moyens financiers de la propriété.

0 commentaire(s)

Laisser un commentaire

    • Page

Vous recherchez quelque chose ?

Comment trouver le meilleur professionnel?

NOTRE SOLUTION

Faciliter l'accès à un système de sécurité privée

Grâce à une plateforme de comparaison de l'offre locale qui permet l'édition rapide de devis et la mise en relation avec des professionnels installateurs qualifiés.